L’histoire de TameDigit

Thierry est à l’origine du projet TameDigit. Il nous raconte comment est née cette idée.

Tout commence par un anniversaire…

Si TameDigit est un concept universel et intergénérationnel, le projet a germé à l’occasion de l’anniversaire d’un sénior…  et des réflexions qui s’ensuivirent…

Je me dois pour débuter de vous présenter ma « particularité » : je baigne dans l’univers numérique quasiment depuis qu’il existe. Et au-delà dans le domaine informatique depuis plus de 30 ans.
Quand j’écris « je baigne » c’est que je ne me contente pas de « surfer » sur le web, j’en ai fait mon métier il y a bientôt dix ans (conseil, production de contenus pour internet et webmarketing).
Une position « webo-centrée » d’où je peux voir à la fois les traces des internautes que j’utilise dans mon métier et les profondes empreintes numériques que je laisse depuis bientôt vingt ans.

C’était récemment mon anniversaire, à cette occasion, réalisant le long chemin parcouru, je ne suis mis à me poser quelques questions simples sur ma vie numérique (questions auxquelles je vous invite à essayer de répondre) :

  • Sur combien de sites suis-je inscrit à ce jour et dans quel domaines (e-commerce, réseaux sociaux, information, divertissement…) ?
    • Question corollaire, combien de mots de passe ai-je créés et saurais-je tous les retrouver ?
  • Quels sont les contenus (textes images, vidéos…) et leurs supports (blogs, sites pro ou perso, réseaux sociaux…) que j’ai générés et lesquels sont encore visibles sur la toile
    • Question induite, quels sont ceux dont je suis fier, ceux qui m’indiffèrent… et ceux qui me préoccupent

    La liste que je tentais alors de dresser mentalement, puis par écrit était longue… et loin d’être exhaustive.
    Et la vôtre ?…

Il me vint en suivant une « question subsidiaire » perturbante :

  • Quels sont les contenus et informations publiées sur internet qui me concernent et dont je ne suis pas directement l’initiateur ? L’inventaire dans ce cas s’avérait encore plus compliqué pour ne pas dire quasi impossible !

Petit aparté : même pour les plus organisés, une vie numérique est difficile à maitriser ou simplement à inventorier. En 2012, une excellente campagne de la Fédération Belge du secteur financier en faisait la démonstration en montrant un voyant extralucide exceptionnel… grâce à des recherches web.

Plus d’informations sur ces campagnes de sensibilisation sur https://www.safeinternetbanking.be/fr/campagnes/amazing-mindreader
A en croire ce qui se dit sur le web (… héhé !) nous tous internautes (mais pas seulement !) prenons de plus en plus conscience de l’existence de nos « traces numériques ».
Mais même si le fait que nous en soyons avertis nous rend plus prudents, dès lors où cette « toile » existe et que nous ou notre entourage (au sens très large) s’en approche, nous la faisons vibrer directement ou indirectement.

Je tentais donc de faire cet inventaire, étonné de l’ampleur qu’il prenait et préoccupé de ne pouvoir tout retrouver… Mais quand bien même arriverais-je à une liste quasi exhaustive de mes activités et de mes « empreintes » digitales :

  • Comment organiser, protéger, sauvegarder cet inventaire ?
  • Que faire de toutes ces données au moment choisi de ma retraite numérique (car personnellement, j’en aurais une !)
  • Quelles directives laisser en cas de disparition brutale : supprimer mes contenus, en garder certains ? Comment faire ce testament numérique, à qui confier cette lourde tâche ?
  • Et en attendant, comment surveiller l’évolution de mes traces digitales ?

Imaginons…

Les plus « connectés » d’entre vous et les pros du web ont une réponse pour quasiment chacune de ces questions. Je les ai également… Mais elles ne sont pas totalement satisfaisantes.

Il est vrai que pour chaque point exposé plus haut vous trouverez facilement un service en ligne ou un logiciel.
Il existe des coffres forts numériques, des systèmes de sauvegardes « locaux » ou dématérialisés et de nombreux blogs, forums, sites d’information sur les bonnes pratiques du numérique.
Vous trouverez également de plus en plus de sociétés spécialisées dans la suppression de vos traces numériques pour vous permettre d’exercer votre « droit à l’oubli numérique ».
Il existe même des sites pour réaliser votre testament (numérique ou non) en ligne.

Mais vous remarquerez que le simple fait d’en faire l’inventaire (encore un !) montre que ces offres sont disparates, éparpillées, mal assorties. Elles répondent à une demande précise certes mais souvent dictée par l’instant, la nécessité ou l’incident…

Imaginons… Un système où l’utilisateur, vous, moi, serait au centre de la préoccupation, un tiers de confiance numérique qui proposerait des services harmonisés et interconnectés pour reprendre la maitrise de sa vie digitale :

Imaginons un système fondé sur des principes éthiques, pratiques et techniques :

  • Ethique:
    • Des données chiffrées exploitables uniquement par leur propriétaire
    • Le respect de la vie privée, mes données ne pourraient être exploitées à des fins commerciales
    • La garantie de suppression de mes données en cas de clôture de mon compte.
  • Pratique:
    • Au quotidien
      • Des fonctions simples (widgets) sur mon smartphone et dans mes navigateurs pour sauvegarder instantanément mes nouveaux accès ou des données me concernant.
      • Des alertes instantanées sur mon utilisation du web (ex : visite d’un site « douteux »)
      • Un système de veille sur les « mots clés » qui me décrivent
      • Un système qui m’assiste au quotidien et à la demande (faq’s, guides, chatbot…)
    • Sécurisation :
      • Sauvegarde locale et/ou dématérialisée de mes données on-line mais également de mes contenus off-line (ex : backup en tâche de fond des données de mon pc)
      • Coffre-fort numérique qui stocke mes identifiants
    • En fonction de mes besoins ou d’évènements prédéterminés :
      • Des procédures simples pour faire valoir mon droit à l’oubli
      • Des services à la carte pour réaliser en mon nom des actions de retrait de mes traces numériques.
      • Un testament numérique indiquant ce que je veux que l’on fasse de tout ou partie de mes données digitales.
  •  Technique:
    • Stockage des données avec chiffrement
    • Des serveurs sécurisés situés dans des lieux sûrs
    • Système accessible sur tout support pc, tablette ou smartphone
    • Sauvegarde et Restauration des données on et off line à la demande

    Imaginons… en avançant dans cette réflexion, j’ai acquis la certitude que ce concept n’est pas une utopie. Après avoir consulté ce qui se dit et ce qui se fait autour de ces sujets dans le domaine fonctionnel, technique et juridique, j’ai conçu quelque chose qui ressemble à tout ceci, peut-être même en mieux … un ange-gardien numérique que j’ai appelé TameDigit

    TameDigit , un service universel qui vous permettra tout au long de votre vie numérique de surveiller, sauvegarder, maitriser et pérenniser (ou non) vos données digitales.

TameDigit : votre vie numérique vous appartient